mercredi 22 mars 2017

Célébrer Bruxelles en chanson

Ces événements sont toujours dans nos esprits. Il y a un an Bruxelles était secoué par de terribles attentats dans une rame de métro, près de la station Maalbeck, et à l'aéroport de Zaventem. Il y eut 32 morts et 340 blessés, selon le bilan définitif.

C'est l'occasion en ce jour de mémoire, et durant ce mois de la Francophonie, de faire écouter à nos élèves plusieurs chansons qui ont célébré la ville belge, ou qui en font leur toile de fond.
 
A tout seigneur, tout honneur, commençons par Jacques Brel qui nous chantait Bruxelles "au temps du cinéma muet". L'on pourra faire repérer à nos apprenants l'anaphore "C'était au temps où" du premier quatrain de la chanson, et leur demander de composer des quatrains, selon le même modèle, sur le passé de la ville de leur choix.

Paroles de Bruxelles ici.


Le chanteur néerlandais Dick Annegarn quittait, lui, Paris pour "revoir Mademoiselle Bruxelles" et chanter celle-ci en 1974.
Pourquoi pas le point de départ d'une discussion pour comparer les capitales belge et française, et d'autres villes entre elles, après leur avoir demandé un travail de recherche documentaire.

Paroles de sa chanson Bruxelles ici.  


Musique électro entêtante, voix haut perchée, fausse légèreté, texte qui fait la part belle à la ville personnifiée de Bruxelles, voici résumée la chanson BXL Bleuette de Françoiz Breut.

Nous trouvons dans cette bleuette le thème maintes fois traité dans l'art et la littérature en particulier romantiques, du paysage reflet de l'âme :
"Que l'été se présente
Qu'il change ton visage
Les beaux jours finissent toujours
Par arriver"   

Paroles de BXL Bleuette ici.


Hommage à ses grands prédécesseurs, Brel et Annegarn, la chanson de l'artiste Judah Warsky brasse les différents motifs et figures d'une ville cosmopolite, moderniste, séductrice.
Faisons-les identifier par nos élèves à partir des paroles et du clip.

Paroles de Bruxelles, capitale de l'Europe ici.

Sur un rythme électro abrasif, à la frontière de la musique industrielle, le clip de Judah Warsky nous entraîne dans une vision hypnotique en noir et blanc de Bruxelles, loin des impériales et des gibus de Jacques Brel. Jugez plutôt :


à Maria Luisa, à tous mes amis et connaissances de Bruxelles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire